Accueil > Disques > Gojira – Magma

Gojira – Magma

Gojira Magma

DEATH METAL 

MAGMA 

Gojira

Roadrunner Records / France 
4.5 Stars

 

Serait l’album de la consécration ? Magma fait rejaillir Gojira sur la grande scène médiatique française. Émissions de télé à grande écoute, pages dans Le Monde ou Le Figaro, il aura fallu fêter leur vingtième anniversaire pour qu’enfin la France prenne le temps de jeter une oreille sur leurs enfants prodiges du métal. Car entre les robots funky et les DJ aux claviers limités à quatre notes, la bande aux frères Duplantier sont de loin les meilleurs exportateurs culturels français. En chiffre et en qualité. 

Même si ce Magma est loin d’être un volcan en éruption, toute la virtuosité des Bayonnais jaillit en moins de 44 minutes. Exilé dans leur nouveau studio new-yorkais, Gojira se pose et prend le temps. Là où L’enfant sauvage péchait d’irrégularité et mollesse, Magma professe un calme salvateur. Les évènements personnels des musiciens (entre autres, décès de la mère des Duplantier) n’y sont sans doute pas pour rien. 

Ainsi, le titre éponyme est une perle de répertoire de Gojira, bien qu’il soit un épilogue de l'épisode précédent. À y avoir pensé quatre ans plus tôt et on aurait apprécié L’enfant sauvage différemment. Les alternances entre chant hypnotique clair et chant guttural font hérisser les poils des bras et rappellent les alternances entre brutalité et tristesse qui s’essaiment tout au long de l’album. 

Pray en est un autre exemple : sur un départ lent et mélancolique, le titre part dans un djent messhugguien à couper le souffle, avant que le soufflet retombe. Le surprenant The Shooting Star, œuvre d’ouverture, est d’une lourdeur qui ne pèse en rien sur la surprise d’entendre le chanteur Joe Duplantier délivrer les paroles en voix claire. Sans oublier l’effet de guitare en distorsion qu’on retrouve sur plusieurs titres (StrandedOnly Pain) qui pose comme une signature, tout comme Liberation, un instrumental qui sent bon la fin de soirée entre amis.

Gojira, avec ce Magma, se réinvente, ralentit avec justesse et brio. Un des albums incontournables de l’année. 

Vous aimerez aussi
Bilan 2016 de Lauren
Gojira laisse couler son Magma
Gojira présente Silvera
La journée des glorieux

Laissez un commentaire