Accueil > Concerts > Devin, c'était comment?

Devin, c'était comment?

THE DEVIN TOWNSEND PROJECT

Photographe:
Arnaud Stopa

Night
By Your Command 
Failure
Rejoice
Hyperdrive
Stormbending
Where We Belong
Ziltoid Goes Home
March of the Poozers 
Kingdom 


Ih-Ah!
Higher

Le génie canadien Devin Townsend aura finalement fait toutes les scènes montréalaise, hormis le Centre Bell; mais en cinq ans, il est passé des Foufounes électriques au Métropolis, puis au Club Soda, même le Heavy Montréal et enfin le Théâtre Corona. À chaque fois, à guichets fermés. Sauf dimanche 18 septembre 2016.

Il faut dire que les premières parties avaient de la gueule: Fallujah et Between the Buried and Me sont deux groupes capables d'ameuter autant voir plus que le Vancouverois. Et c'est sans doute ce qui est arrivé. Votre humble chroniqueur, à son arrivée dans la salle, a dû remonter le flot de gens sur le départ, comme un saumon remontant les rivières. Finalement, la place était au trois-quart pleine. 

Mais en venant faire le promotion du nouvel album Transcendence, qui venait à peine de sortir, la surprise a été presque totale, même pour les plus fans de Devin. Les trois titres tirés de ce dernier, Failure, Stormbending et Higher sont très efficaces et prenantes, malgré le sentiment de découverte — assez rare de nos jours. 

Par la suite, le répertoire a été traversée de manière traditionnel. Des titres de Ziltoid à ceux de son Project — dont les titres Rejoice ou Kingdom manquaient d'interprète féminine... Difficile en effet de se payer Anneke van Giersbergen à chaque tournée — se retrouve dans cette liste de chansons qui a donné au concert une longueur particulièrement courte.

Toutefois, Devin Townsend n'a pas manqué une nouvelle fois d'égayer le public. De ses grimaces habituelles aux commentaires humoristiques, il a même été décontenancé lors du rappel, sur Ih-Ah!, lorsqu'une fan lui a déclarer son amour. 

 

Vous aimerez aussi
Toute la splendeur d'Epica
Hacked By GeNErAL
Habituel Behemoth
Concours: Behemoth au Théâtre Corona

Laissez un commentaire